Tétricératops – un jeu cornu!

Continuons notre exploration du monde fantastique de la sexualité dinosaurienne avec un second volet sur la compétition entre mâles pour conquérir les femelles. Et oui, on l’a vu avec les Sauropodes, les plus féroces ou puissants des dinosaures herbivores pouvaient tout aussi bien se défendre contre leurs prédateurs que se foutre des tatanes dans la tronche histoire d’asseoir leur monopole sur un harem de femelles en extase… Pour les Tricératops, comme nous l’explique JP Colin sur son blog, on extrapole facilement à quoi pouvait ressembler leurs affrontements en observant la situation chez les bœufs musqués:

[Vidéo filmée avec une camera à haute vitesse montrant les combats entre mâles chez le bœuf musqué Ovibos moschatus. Si vous êtes pressés, avancez vers 1min… ça vaut le coup d’œil !]

Du bon usage des cornes chez le tricératops…
Et oui à la manière des bœufs musqués, ces paisibles herbivores, les tricératops mâles utilisaient très vraisemblablement leurs cornes dans des combats avec leurs rivaux. C’est en tout cas la conclusion de paléontologistes qui ont comparé la répartition des marques de blessures sur les os composant le cranes de deux genres de cératopsiens (la famille du tricératops):

  • Le Tricératops qui présente deux imposantes cornes frontales et une petite corne nasale.
  • Le Centrosaurus qui comme son nom l’indique présente une grande corne nasale et deux petites cornes frontales.

La prédiction étant la suivante: si les cératopsiens utilisent leurs cornes dans des combats entre conspécifiques, le « pattern » des marques laissé par ces combats sera bien particulier, selon la disposition des cornes. A l’inverse si les cornes sont utilisées uniquement dans la défense contre les prédateurs le pattern sera aléatoire.

La conclusion est la suivante: les tricératops sont des gros durs qui adorent se taper la tête et s’entremêler les cornes, tandis que les centrausorus seraient plus friands des bourrades latérales avec fractures costales à la clé…

[Tricératops (à gauche) et Centrosaurus (à droite) – deux représentants cératopsiens – imaginés lors de combats entre mâles.]

Si vous voulez en savoir plus, foncez lire la suite sur le blog de JP Colin. C’est en excellent article qui a été illustré par 4 excellents illustrateurs de Strip Science! Voici leurs œuvres:
[Merci à l’excellent Grégory Michnick (l’auteur des « histoires naturelles de Charles Darwin » et « Star- & Sciences ») pour cette sympathique contribution à notre semaine spéciale sexualité des dinosaures.]
 Merci à Alain Bénéteau pour ses illustrations magiques qui me font toujours rêver !
(Membre de strip science à retrouver ici)
[Arnaud Plumeri (scenariste) et Bloz (dessinateur) nous proposent également cette planche extraite la BD « Les dinosaures en bande dessinée ».]

[Et on termine avec la pointe d’humour de Jul et son Dinobook.]

A demain pour découvrir, enfin, le Kama Sutra des dinos!


4 réflexions au sujet de « Tétricératops – un jeu cornu! »

  1. Ping : Une Semaine Sexe et Dinosaure | Strip Science

  2. Ping : Sérénades et roucoulades chez les Théropodes | Strip Science

  3. Ping : Chaud les boules, c’est la semaine Sexe et Dinosaure ! | Sirtin science

  4. Ping : Sirtin » Chaud les boules, c’est la semaine Sexe et Dinosaure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *