32éme MIMO !!!

13 juillet il fait froid et il pleut…
Mais rien n’attaque le moral des troupes.
On trouve des astuces de fortune pour continuer les cotations.
Chaque soir, tous les fossiles « cotubles »  (comme s’amusent à dire les jeunes ^^) découverts dans la journée doivent être répertoriés.
Numéro, date, emplacement et identification si possible.
ensuite ils sont extraits du terrain et rangés dans l’ordre « Doumé », car c’est bien lui qui réalisera une grande part de la préparation des os cet hiver.
Côté Rodet, comme ordonné par Ronan, les étudiants montent la structure qui préservera les surfaces… et les fouilleurs, des intempéries.
Laure passe d’une poste de travail à un autre…
Découverte et dégagement par ses soins du 32ème tibia droit de Mimo.
Un nouvel individu.
Un vrai troupeau de Gnous !
Et juste à l’instant, toujours côté Fouille principale… en retournant une motte de sédiments:
Une impressionnante dent de théropode carnivore !
A suivre…
Lire la suite

Anne Paule Mousnier, plasticienne, de retour à Angeac.

12 juillet 2014 On tente de nouvelles fouilles côté Rodet… Le coin n’est pas encore sec et semble plus compliqué à travailler. La couche est bien noire… remplie de lignite.
Quelques belles pièces avaient été trouvées l’an passé là où la flaque, alimentée tranquillement par la nappe phréatique, s’étend à présent. Le labo est maintenant opérationnel. Et Renaud Vacant s’occupe à bien dégager la vertèbre de stégosaure découverte ces jours derniers.
4 autres, dans le même secteur, avaient été trouvées lors de la campagne 2013.
Les visites s’enchainent… 11H, 15H, 17H.
Ewen nous est fort utile, il en sait plus sur les dinosaures et autres animaux antédiluviens que certains d’entre nous !!! Le public peut lui poser directement des questions !
En fin d’après midi le côté Rodet nous livre ses premiers fossiles.
(Mais ce que ne savent pas encore les p’tits gars, là… c’est qu’ils sont à quelques centimètres d’une veine fossilifère riche en merveilles !!! Ce post retrace les évènements du 12 juillet… mais en réalité nous sommes aujourd’hui le 15. Je suis en décalage… Pas facile de suivre, vous allez voir. 😉  
Marie Paule Mousnier est plasticienne et travaille sur de nombreux sites préhistoriques.
Elle nous fait l’honneur aujourd’hui de nous rendre visite sur le site d’Angeac-Charente et s’exprime pour la seconde fois sur « nos » couches datant du crétacé.
Pour ce deuxième tableau, elle s’inspire des rameaux de conifères remontés l’an dernier.
C’est superbe !
Et hélas éphémère… mais c’est toute la philosophie de cette expression.
Lien 
 Anne Paule Mousnier -Galerie- Petit post de l’an passé (20 Août 2013) 
Lire la suite

Soirée Confrérie du Grand Sauropode.

1. En tout lieu et toute circonstance, ne jamais dire de mal des dinosaures en général et des Sauropodes en particulier.
2. par la pensée et par l’action, aider à promouvoir les recherches faites en Charente
 3. en toute occasion, vanter la richesse du patrimoine paléontologique charentais
 4. en compagnie des autres membres, rituellement, deux fois par an, sacrifier au culte du Grand
Sauropode par un repas paléontologique tenu au grand temple de l’Ordre.
Voilà les conditions pour devenir membre de la confrérie.
Célébrons ce soir et pour la troisième fois notre Grand Sauropode.
De gauche à droite, ici présents: Jean-Marie Audoin, Grand Maître de l’Ordre. C’est dans le godet d’une pelle mécanique que lui vint la révélation du Grand Sauropode. Jean-François Tournepiche, Grand Chambellan de l’Ordre. Le Grand Sauropode lui est apparu en soulevant, dans la carrière de sable, les restes d’un Éléphant antique. Il ne l’a pas fait exprès. Jean-Michel Mazin Grand Sage de l’Ordre. Un spécialiste de la traque des dinosaures qui a mis ses pas dans ceux du grand Sauropode pour suivre sa piste à grandes enjambées. 
Et… Mais qui est ce petit nouveau, là à droite … ? Nous l’avons bien vu quelque part… Ne serait-ce pas Thierry Lenglet ? Mais que fait-il de rouge vêtu ?…
Comme toujours, c’est au restaurant l’Essille à Bassac que se réunissent les amis des dinosaures.
En bas à gaughe: Dominique Augier (dit Doumé). Maître du Grand Puzzle et détenteur du secret de la colle à dinosaures, il est capable, à partir d’un tas de confettis d’os, de vous reconstituer un squelette de sauropode tout neuf. En bas à droite: Serge Ferron, Grand Saucier de l’Ordre. Lorsqu’il apprit qu’il cuisinait du dinosaure depuis toujours, il en fut comblé, sans en être accablé. C’est lui qui a les clés du Grand Temple de l’Ordre.
En haut à droite: Catherine Duval Grande Bacchante de l’Ordre. Pour les amateurs de rock, la pratique de la musique baroque est contemporaine des dinosaures. C’est certainement ce qui a conduit cette musicienne à vouer une affection particulière au Grand Sauropode.
Mais… avec qui parle notre Grand Chambellan ?… Pourquoi est-il lui aussi affublé du Grand Costume ?
Mais il s’agit d’ André Debenath… préhistorien, professeur émérite ! Mesdames messieurs…
Le Grand Chambellan nous annonce l’intronisation ce soir de trois nouveaux Grands dignitaires.
Christian Dufront, Maire d’Angeac-Charente est donc  intonisé  » Grand Maire » de l’Ordre
(On doit calmer Doumé qui est plié de rire… Le jeu de mot lui fera la soirée… 😀 !)
André Debenath, président de l’association « PaléoCharente, devient le Grand Conciliateur de l’Ordre.
Thierry Lenglet est adoubé par le Grand Maitre et rejoint la Confrérie. Il sera le Grand Taupier !
Mais il est temps de passer à table !
Bon appétit !
Et, en fin de soirée:
Une belle conférence ! Digne du Grand Sauropode !
Merci à tous !!!
Lire la suite

Et la tête, alouette, et la tête aaaaa…

 Solution du petit jeu du 10 juillet.
C’était très difficile je vous l’accorde et si vous n’aviez pas un super spécialiste des théropodes dans le coin c’était tout bonnement pas possible à déterminer !
Vous z’êtes excusés !
😉 !
Il s’agit deux morceaux de crâne de Mimo ! 
 en 1: exoccipital + opistholique d’ornithomimosaure.
Si vous aviez trouvé la solution rien qu’en regardant la photo nous vous aurions offert un billet pour venir nous aider à déterminer la faune d’Angeac !!!
Celui là était un poil plus facile… mais un poil…
En 2, donc: il s’agit d’un bout du dentaire de Mimo. 
Sans dents bien entendu puisqu’il en était dépourvu.
Ronan Allain nous montre ici où ces morceaux fossiles devraient se situer en les replaçant sur le moulage du crâne de Gallimimus, cousin de notre ornithomimosaure.
De très belles pièces ! 
Le public veut toujours du spectaculaire, du gigantesque… mais on n’est pas là pour entrer dans le guiness book des records !
On est là pour tenter d’identifier et d’étudier le plus précisément possible la biodiversité  et le bio-environnement  de cette époque reculée, mal connue en Europe. Avec cette chance qu’on puisse le faire ici en Charente !
Notre MIMO est bien un nouveau taxon !
Et hop, c’est pas tout ça… on retourne sur le terrain !
Lire la suite