#SocioNoël édition 2016 !

Oyez oyez ! #SocioNoël, c’est reparti !
Mais si ! Rappelez-vous : l’an dernier, Alex Mahoudeau (aka CobbleAndFrame, aka RedPandaOfSociology) nous invitait à proposer, chaque jour jusqu’à Noël sur Twitter, une référence marquante/intéressante. De notre côté, nous avions décidé non seulement de donner une référence, mais aussi un dessin, un Gif, une photo… Bref, des petits cadeaux, dans la plus pure tradition des calendriers de l’avent (le goût de mauvais chocolat en moins).  Comme vous le voyez, cette année, on remet ça ! Nous vous invitons à revenir chaque jour jusqu’au 24 décembre sur la page dédiée (cliquez ici) pour découvrir un nouveau cadeau ! (vous pourrez aussi y accéder en cliquant sur l’image sous la bannière. Notez que vous y trouverez aussi nos contributions dans l’édition 2015). Mais surtout, n’oubliez pas d’aller voir les propositions des autres twittos acharnés !
Vous n’avez pas twitter ? Pas d’excuse ! Alex Mahoudeau (que Durkheim le protège) a fait un blog pour compiler les différentes propositions ! Plus encore, il a incité les contributeurs à agencer leurs propositions autour de thématiques spécifiques. Autant vous dire que ça va être passionnant ! À demain pour un nouveau cadeau ! 🙂 LMNOP
Lire la suite

Bonne année 2016 !

http://3.bp.blogspot.com/-8ZC2OPlwTgY/Vo1FoO0kOvI/AAAAAAAAAzk/wXVXccNxeIw/s320/VOEUXgosttbuster%2BLD.png
Bonjour tout le monde, Nous tenions à vous souhaiter nos meilleurs voeux pour cette année 2016 !
Avec, une fois n’est pas coutume, une carte de voeux !
D’ailleurs, pour les petits nouveaux, si vous voulez une approche sociologique de la carte de voeux, nous vous invitons à lire cette note de 2013 (et oui, deux ans déjà !). Et d’ailleurs, si vous voulez retrouver une note, sachez que les archives ont été mises à jour ! Incroyable !  o/ Et une bonne année, surtout !
LM et NOP
Cliquez sur l’image pour une bonne résolution (Oui, j’ai osé)
http://3.bp.blogspot.com/-8ZC2OPlwTgY/Vo1FoO0kOvI/AAAAAAAAAzk/wXVXccNxeIw/s320/VOEUXgosttbuster%2BLD.png
Lire la suite

Comprendre Manuel Valls – Petit essai d’ignorance symétrique

Bonjour à tous, Je ne suis pas du genre à réagir à l’actualité. Mais là, je n’ai pu m’en empêcher…
(du coup c’est un peu vite fait… désolé d’avance).
Bonne lecture.
Nop
« J’en ai assez de ceux qui cherchent des excuses sociologiques ou culturelles à ce qui s’est passé! » #QAG pic.twitter.com/aIECYBOckX
— Public Sénat (@publicsenat) 26 Novembre 2015
Voilà… L’idée d’excuse sociologique, très récurrente en ce moment, laisse croire que les sociologues fourniraient des excuses aux actes inexcusables.
Non.
Ils cherchent juste à comprendre.
Pour expliquer.
Pour critiquer.
Et prévoir… se projeter… éviter les erreurs passées.
Rien à voir donc.
Alors certes, des résultats d’analyses sociologiques dérangent.
Mais vous savez quoi ? C’est le but, en fait. Sinon, très prochainement, un long article sur… la responsabilité ! (Ahah… Promis, c’est pas fait exprès).
(et Désolé Monsieur Valls… vous n’êtes sans doute pas le pire, mais vous avez pris pour les autres. Désolé… On reste pas fâché, hein ?)
Lire la suite

40 ans de l’EHESS et dessins de désoeuvrement

Il y a un mois (15-20 juin), l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) organisait une semaine d’évènements pour fêter ses 40 ans d’existence. Parmi ceux-ci, de nombreux colloques et conférences, où de nombreux chercheurs ont pu discuter. Et il y avait du beau monde (si, si, je vous jure que pour les gens qui travaillent en sciences sociales, il y avait carrément des célébrités. Un véritable évènement People dans le milieu !). Même si je n’ai pas pu assister à beaucoup de ces conférences, je vous propose, comme pour le congrès de Lausanne, de consulter mes carnets de notes (même si cette fois c’est plus un carnet de dessins qu’un carnet de notes).
Et en bonus à la fin, des dessins absurdes qui n’ont rien à voir avec le sérieux de ces conférences !
Première conférence à laquelle j’ai assisté : « How to globalize the social sciences?« 
(De gauche à droite : Andreas Wimmer, Larissa Zakharova, Marc Aymes, Jane Burbank, 
Sébastien Lechevalier et Alessandro Stanziani)
2ème conférence à laquelle j’ai assisté : « De nouvelles fonctions critiques pour les sciences sociales », avec Eve Chiapello, Wolgang Streeck, Thomas Piketty, Carla Hesse et Etienne Balibar (rien que ça !)
Conférence immédiatement suivie par une autre :
« Les sciences sociales sont-elles l’avenir des sciences de la vie ?« 
(Conférence sciences sociales/sciences de la vie, encore du monde ! 
De gauche à droite : M. de Fornel, L. Kaufmann, J. Proust, J. Dokic, 
J.-P. Gaudillière, E. Porqueres i Géné, J.-L. Ameisein)
Et enfin, une dernière conférence pour moi : « Arts, littératures et sciences sociales ». Colloque pour le moins intéressant auquel je n’ai malheureusement pas pu assister dans son intégralité.
(Pour ceux qui n’arriveraient pas à lire, étaient présent : Karine Le Bail, Dinah Ribard, Gisèle Sapiro,
Pierre-Michel Menger et Esteban Buch).
Et sinon comme promis, des dessins absurdes…
En thèse, on essaie souvent de rentabiliser son temps. Par exemple, on prend plein de travail pour bosser dans le train. Sauf que quand on tombe en panne de batterie, et que le TGV n’est pas équipé de prise de courant… on se retrouve au chômage technique. Et là, quand on a un carnet et des stylos, ça peut vite dégénérer !
Fig. 1 : Le Durkheim américain
Fig. 2 : Durkheim chassant Tarde de l’université 
(ou à l’université, je ne sais plus)
Petite explication pour les non sociologues : Emile Durkheim et Gabriel Tarde se sont beaucoup affrontés par articles interposés. Si le premier a réussi à « faire école » en réunissant beaucoup de monde autour de lui (et en créant sa revue : l’Année sociologique), le second a été longtemps oublié en sociologie.
Si les débats entre ces deux grands penseurs vous intéresse, je vous invite à visionner l’un de leurs débats (Durkheim et Tarde sont respectivement joués par Bruno Karsenti et Bruno Latour).
Fig. 3 : Socio-Rap All Stars band
(oui, c’est épuisant les voyages en train !)

Fig. 4 : Robert Castel enquêtant dans l’espace social (allégorie)
(j’en profite pour saluer ma professeure de sociologie en Licence qui m’avait évoqué cette image, 
et à qui je dois beaucoup)
Lire la suite

[Socio-Talk-Show] Emission 1 : l’ethnographie

Bonjour tous, Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué que, cette année, nous n’avons pas participé aux 24h de la bande dessinée. Mais si, vous savez : cette performance organisée lors du festival d’Angoulême, qui consiste à réaliser, en 24h, 24 pages de BD, avec un thème et une contrainte non connus à l’avance ! (L’an dernier, ça avait donné ça).
Eh oui, nos travaux respectifs (bouclage d’album pour LM, terrain pour NOP) ne nous permettaient pas de passer une nuit blanche juste avant ledit festival. Pour nous faire pardonner, nous vous proposons une nouvelle note !
Et en plus, dans un format nouveau, différent de ce que vous avez pu lire jusqu’à maintenant. Nous espérons que cela vous plaira.
Bonne lecture ! LM et NOP
Nota-bene :
Bien entendu, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est complétement pas fortuite.
En revanche, les chercheurs représentés ici ne sont pas vraiment les auteurs des propos que je leur prête. Ils sont utilisés comme des sources, des références qui viennent nourrir la réflexion présentée ici.
J’espère donc ne pas avoir trop déformé leur propre pensée… auquel cas, je m’en excuse.
Et puis s’ils souhaitent apporter un complément : je leur ouvre le blog pour compléter !   🙂 Dans tous les cas, vous pouvez toujours aller consulter à la source les écrits de ces personnes dans la section « références » ci-dessous (Eh oui, le format « émission » n’était pas approprié à la présence de note de bas de page). Références (par ordre d’apparition):
  • Daniel Cefaï : La définition de l’ethnographie est inspirée par celle donnée dans D. Cefaï, L’engagement ethnographique, Paris, éditions de l’EHESS, coll. « En Temps & Lieux », 2010, p. 7.
  • Jack Katz : son intervention est basée sur les conseils qu’il a donné dans un séminaire à l’ehess en octobre (Hiiiiii !!! 😀 ). Malheureusement, la plupart de ses travaux ne sont pas encore traduits en français, ce qui fait qu’il reste encore assez méconnu en dehors des ethnographes… Néanmoins, si je devais vous conseiller un texte parmi ceux traduits, ce serait celui-ci : J. Katz, « Du comment au pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », in D. Cefaï (éd.), op. cit., 2010. (oui, le même bouquin que le précédent. Un peu un incontournable sur cette méthode). Pour une rapide présentation de Jack Katz, c’est par ici.
  • Harold Garfinkel : l’expérience méthodologique évoquée ici est nommée par Garfinkel « Breaching experiment« . Il invitait notamment ses étudiants à essayer cela lors des diners de famille pendant les vacances de Noël. On ne sait pas combien de famille furent brisées au nom de l’ethnométhodologie… Pour plus d’info sur l’ethnométhodologie, la référence c’est H. Garfinkel,  Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2007.
  • Catherine Rémy : Elle a présenté et discuté du travail de Jeanne Favret-Saada dans un article qui insiste sur l’importance du tact dans une démarche d’enquête (C. Rémy, « Accepter de se perdre. Les leçons ethnographiques de Jeanne Favret-Saada », SociologieS, mis en ligne le 24 juin 2014). Je ne peux que vous inviter à lire son excellent livre sur la mise à mort des animaux, qui est un de mes modèles tant sur la prise de note que la restitution des données ethno (c’est notamment dans ce livre qu’elle parle « d’intrus envahissant ». Page 36).
  • Jeanne Favret-Saada : son travail évoqué ici regroupe en réalité deux ouvrages. Le premier présente les résultats de son enquête (J. Favret-Saada, Les Mots, La Mort, Les Sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, Coll. « nrf – Bibliothèque des sciences humaines », 1977) ; le second est un carnet d’enquête, qui nous donne à voir les coulisses de son travail et la négociation de son terrain (J. Contreras, J. Favret-Saada, Corps pour corps. Enquête sur la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, coll. « Témoin », 1981. Sinon, en moins long, je vous conseillerai un article court et très instructif : J. Favret-Saada, « Être affecté », Gradhiva, n°8, 1990, p. 3-9.
Voilà… re-bonne lecture donc ! 
Lire la suite

Gare de Norme – Episode 3bis

Mis en avant

« Gare de normes » est une série de notes retranscrivant des observations ethnographiques d’une sortie de gare. L’objectif est de comprendre la construction, en situation, de normes locales dans un espace public par les différents acteurs qui fréquentent cet endroit. 
Les précédents épisodes sont répertoriés dans les archives du blog (dans la catégories « carnets de terrain »).


Si on vous parle de « l’insouciance du début de thèse », sachez-le… On vous ment !
Comme vous l’avez compris, nos boulots respectifs ralentissent grandement notre taux de publication. Mais cela ne veut pas dire que nous nous sommes arrêtés ! Ho, que non ! Nous avons plein de chose qui trainent dans nos carnets et tiroirs ! Mais bon, on continue à s’amuser… et d’avoir envie de tester de nouvelles choses. « Emile », ça continue, donc !
Merci encore au passage à tous ceux qui nous font des retours ou des propositions diverses. Désolé si on a oublié de répondre à certains mails… A bientôt !
Lire la suite

Une offre qu’ils ne pourront refuser…

Mis en avant

Bonjour à tous,Désolés pour l’absence d’article ces derniers temps, mais nous étions très occupés à monter Micro éditions. Micro, c’est une petite structure d’édition artisanale qui a pour but de développer rapidement des projets centrés sur la BD ou l’illustration. Micro n’a pas pour but de grandir, mais au contraire de rester modeste, afin de […]

Les 24 heures de la BD, édition 2014

Mis en avant

Bonjour à tous,Tout d’abord un grand merci à tous ceux qui partagent l’adresse du blog ! La dernière note a entrainé un afflux très important de visites, au point même d’attirer l’attention d’un aimable homme de radio (à partir de la 10ème minute).Nous sommes très touchés, merci infiniment!Nous avons également profité de ce début d’année […]