l’origine d’un humain

À défaut d’être celle du monde, le tableau de Courbet présente au moins l’origine d’un humain, puisque c’est par là que nous sommes tous sortis -à peu de chose près. Le passage est étroit, c’est vrai, mais la nature est bien faite et a doté l’organe de parois très élastiques et glissantes. Du coup, dans la majorité des cas, malgré une tête disproportionnée, le petit humain passe sans problème. Il passera d’autant mieux qu’on lui facilitera le déplacement avec la gravité, c’est à dire en position verticale… Ah, mais c’est pas confortable pour le docteur, ça ! C’est aussi là, dans le vagin que les spermatozoïdes ont été déposés neuf mois auparavant. C’est dans cette armada d’agités du flagelle que se trouvait la moitié du futur humain. Il lui aura fallu quelques heures et une bonne dose de chance pour passer le col, traverser l’utérus et remonter la bonne trompe -tout ça dans le noir et sans ravitaillement ! Il paraît tout de même qu’un certain esprit d’entraide pousse les coureurs à s’assembler par paquets pour battre du fouet ensemble et gagner quelque peu en efficacité. La rencontre amoureuse entre le spermatozoïde et l’ovule a lieu tout au bout de la trompe, car l’ovule, ce gros paresseux, vient tout juste de se faire expulser de son ovaire et attend, là, sans rien faire. Un peu anxieux toutde même, car il sait que si personne ne se pointe dans les vingt-quatre heures, c’en sera fini de ses espérences, il sera purement et simplement more »

Lire la suite

treize!

Treize, c’est le numéro du tout nouveau Drosophile, c’est aussi le nombre de milliards d’années qu’il parcourt en seulement 32 pages, ce qui constitue, il faut bien l’avouer, une sorte de record!   drosophile numéro 13 Dans ce numéro , on ne parle que des origines : d’un humain des humains des singes des mammifères […]

la carte des abonnés

Voici la carte des abonnées au journal (en vrai papier ou  en pdf) Drosophile. à peu près 120 en ce moment. C’est pas énorme, alors pour que l’aventure dure, il faut remplir les départements vides : écrivez aux copains! Et bonne année!

Drosophile N°12

Mis en avant

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et un petit dessin vaut mieux qu’un long discours, surtout si le petit dessin est marrant et que le long discours risque d’être un peu trop compliqué ou tarabiscoté. Et avec une petite explication à côté du dessin, pas dure pour deux sous mais tout de même extrêmement […]

Des bactéries partout!

Il y en a sur les touches de votre clavier, sur la souris et encore plus sur le tapis de la souris, sur vos doigts, sous vos ongles,  entre vos orteils, sur la table, dans l’air que vous respirez, en haut de la Tour Eiffel, au sommet du Mont Blanc… Partout! Les bactéries sont partout! Une bactérie commune genre Escherechia coli, lorsqu’elle est heureuse, se dédouble au bout de 20 minutes. Ça n’a l’air de rien, mais si on la laissait faire, sa descendance deviendrait énorme. Imaginez une petite coli posée sur une balance. Le cadran indique 0,001 nanogramme. Vingt minutes plus tard, elles sont deux. La balance indique donc 0,002 ng. Après une heure, on aura 8 microbes (2x2x2) soit 0,008 ng. En 2 heures,on se retrouve avec 64 bactéries et 0,0064 ng. C’est encore bien peu. Au bout de 24 h, il y aura 4,722366483×10²¹ cellules, ce qui fera sur la balance… 4 722 tonnes ! (j’avais oublié de préciser qu’il fallait une balance de qualité). Ça représente le poids de 28 baleines bleues ! Leur formidable pouvoir de multiplication leur permet donc de se répandre très rapidement dans les milieux qu’elles colonisent. À condition, bien sûr, qu’elles s’y sentent bien. Mais cette frénésie multiplicatrice est une arme terrible pour l’évolution et du coup, elles peuvent s’adapter très vite. C’est ainsi qu’elles ont su s’installer partout sur Terre : dans le sol, évidemment, où on en dénombre 26 000 milliards de trillons -ou milliards de milliards. Dans les milieux aquatiques, où more »

Lire la suite

Microbes!

Le dernier numéro de Drosophile, le douzième, est entièrement consacré aux microbes et aux bestioles qu’on ne voit pas à l’œil nu. sommaire : le monde des microbestioles Une vie de tardigrade Comment se déplacer quand on est un microbe? L’incroyable diversité des unicellulaires Bactéries en folie Partout! Extrémistes! Touche pas à mon microbiote! Maitres du monde?   et les rubriques habituelles : la bd, l’avis des anciens, la leçon de corumain… 28 pages entièrement en couleurs à se procurer ici
Lire la suite

Le point sur les microbes

Un petit livre qui propose un tour d’horizon sur le monde microscopique, sa diversité et ses relations avec  l’environnement et avec nous-même. Une vision claire et synthétique du monde des micro-organismes. Virus, bactéries, champignons… cet ouvrage rétablit quelques vérités à leur encontre et met en évidence leur importance écologique et physiologique. De l’origine des micro-organismes à leur utilisation par l’homme dans les technologies de pointes, ce livre fait le point sur ce monde invisible peuplé d’ennemis du genre humain, mais aussi d’associés indispensables à sa survie. Aux éditions De Boeck           à commander sur http://www.placedeslibraires.fr   ou directement chez votre libraire préféré   Les Micro-organismes ; Dominent-ils Le Monde ? – Gilles Macagno De BoeckCollection : Le Point Sur Parution : 19 Novembre 2012 Prix éditeur ttc : 14.00 €
Lire la suite

La garance voyageuse

Le numéro 103 de la Garance voyageuse vient de sortir. Une belle revue  pour découvrir la botanique et s’étonner de la diversité du monde végétal! Avec ce numéro, La Garance voyageuse vous emmène en Amérique, en Afrique de l’Ouest ou sur les sentiers des Cévennes. Elle enquête aussi sur l’arbre qui a vu naître Bouddha, et sur la composition du baume de saint-Antoine. Elle poursuit la course folle des tumbleweeds, médite sur le sabot de Vénus et s’interroge sur les bienfaits et les méfaits d’une lutte biologique. Et comme d’habitude, vous offre encore d’autres lectures, instructives ou poétiques.   www.garance-voyageuse.org
Lire la suite